Jour de reprise et plans de classe

Voilà, ça y est : c’est reparti ! Les cours ont repris hier, et un premier jour en revenant de vacances, c’est toujours un peu particulier. Je refais toujours le plan de classe (c’est-à-dire les places des élèves) en revenant de vacances. Aussi curieux que cela puisse paraître, j’ai des choses à raconter là-dessus.

Pendant les vacances, donc, j’ai retravaillé mes plans de classe pendant les vacances. J’ai en fait changé deux choses : les places attribuées aux élèves évidemment, mais aussi l’agencement des tables et des chaises.

L’ameublement

Comment c’était avant

Avant, les tables étaient agencées comme suit :

Ancienne disposition des tables

Devant les tables 6 et 7, il y a mon bureau ; l’entrée de la salle se situe juste à gauche des tables 1 et 2, et une autre porte, fermée, juste derrière la table 22. Au total, j’ai donc 33 places disponibles et, sauf pour la rangée de gauche, 5 tables.

Cela fait beaucoup, parce que mes classes ont moins de 25 élèves. Pratique pour isoler les élèves qui en ont besoin, mais un peu encombrant. De surcroît, la plupart des élèves sur les deux derniers rangs sont seuls à une table.

Enfin, la colonne de tables seules (3, 10, 17, 24 et 29) ne me plaît plus tellement ; au début de l’année, j’aimais bien casser les rangs de cette façon. Mais finalement, les élèves sont très serrés, ce qui augmente l’agitation. Et je circule difficilement.

Nouvel agencement… en théorie

Pendant les vacances, j’ai donc changé des choses, avec dans l’idée

  • de supprimer la colonne de tables seules ;
  • d’avoir moins de rangées de tables doubles, mais de les remplir au maximum ;
  • de garder les tables individuelles au fond de la classe, pour avoir plus de flexibilité sur les placements et notamment éviter que ceux du fond perdent en visibilité sur le tableau.

Partant de ces trois idées, j’ai fait évoluer la disposition des tables comme suit :

Nouvelle disposition des tables, version théorique

C’est beaucoup plus aéré ! Il n’y a que trois rangées avec des tables doubles, et les tables individuelles sont en quinconce pour améliorer la visibilité. J’ai retiré 6 sièges, pour gagner de la place, mais j’ai quand même quelques places supplémentaires en cas de besoin (déplacements de dernière minute, nouveaux élèves, etc.)

Après cela, j’ai pris pour chaque classe la liste des élèves, et je les ai placés le mieux possible.

Et en pratique ?

Le 6 janvier au matin, j’arrive avec suffisamment d’avance pour faire mes photocopies, vérifier le bon fonctionnement du matériel électronique (ordinateur et vidéo projecteur), m’assurer que tous mes feutres sont en bon état de fonctionnement… et réorganiser la salle, bien sûr !

Et là, première surprise : je n’ai pas assez de tables individuelles. À l’exception de celles déjà présentes, toutes les autres sont des tables à deux places ; il me semblait avoir des tables individuelles accolées. Oups.

Solution de repli : pour la quatrième rangée, garder des tables doubles et mettre les tables individuelles à la rangée n° 5… Sauf que j’ai 5 tables individuelles, et pas 4.

Puis je réattribue à la va-vite des places aux élèves déplacés ; les changements ne sont pas si importants.

Et finalement, satisfait ?

Pas trop. Les cinq tables au fond occupent trop d’espace et je n’ai pas assez de places individuelles. Je vais me débrouiller dans la semaine pour échanger des tables doubles contre des tables individuelles, mais cela va faire du déménagement.

Et avec les élèves

Bien sûr, à un moment, les cours commencent ! D’habitude, lorsque je change les places, je fais l’appel dans le couloir et j’attribue à chaque élève sa place.

Oui, mais la version imprimé de mes plans de classe ne correspond plus à la réalité ! Je suis donc obligé de procéder différemment. Je projette au tableau le plan de classe (le vrai !) avec les noms des élèves, et à eux de trouver leur place.

Eh ben c’est très intéressant et très rigolo ! Il s’avère que cela leur fait travailler le repérage dans l’espace et les transformations géométrique : il faut repérer le bureau, inverser la gauche et la droite et inverser l’avant et l’arrière. Plein d’opérations géométriques à faire de tête, ou encore une manière de pratiquer les mathématiques sans le savoir.

De plus, il s’avère que c’est en réalité plus rapide que faire l’appel ! Donc maintenant, je procèderai toujours comme ça. Il ne me reste qu’à vérifier que chacun ait trouvé la bonne place, à (faire) corriger les élèves qui se sont trompés de côté, et tout va bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.