Petite joie inattendue

Ce matin, entre deux cours. Comme toujours, j’étais un peu pressé parce que la prochaine classe devait arriver et il y a toujours quelques préparatifs, en moins de 5 minutes top chrono !

Une de mes élèves, en troisième, vient me voir. C’est une élève plutôt studieuse, impliquée dans sa scolarité, mais qui a tendance à ne pas se faire confiance et donc elle panique lorsqu’elle a l’impression de ne pas comprendre. Naturellement, cela se traduit parfois par des déceptions, voire des frustrations, lors des évaluations. Et cette semaine, le conseil de classe de sa classe a eu lieu. Voilà le décor.

Cette élève, donc, vient me voir : « Monsieur, est-ce que je peux vous parler ? » Oups. En général, ce n’est pas très bon signe. Elle continue : « En fait, voilà, les maths,euh…
– Ça commence à devenir difficile ?
— Non, au contraire ! J’aime de plus en plus les maths et j’aimerais bien que vous me disiez ce que l’on peut faire comme étude et comme travail avec des mathématiques. Est-ce que vous pourrez prendre un peu de temps pour m’expliquer ?»

On n’a pas pu discuter tout de suite, parce qu’il fallait bien faire cours, mais du temps, j’en trouverai.

Alors voilà, je suis content : ça n’arrive pas souvent ce genre de discussions avec les élèves ; et les mathématiques ont une telle réputation qu’entendre ce genre de propos venant d’élèves, ça redonne le sourire en cette période tendue.